Les fantômes passent par les fenêtres,

Factuellement, photographier, colorer, tracer.
Ouvrir de nouvelles perspectives.
Dessiner sur du papier très fin, fragile, volatile comme la mémoire.
Recomposer l’espace, entre réalité et fantasme.
Ébaucher le cadre, les lieux, quelques détails graphiques.
Relever les empreintes au sol, au mur. Traces tangibles.
La main comme vecteur, laisser les événements fusionner.
Les papiers se déplient comme se déploient les souvenirs. Zones d’ombres, vides et déchirures ponctuent le récit.
Les fantômes passent par les fenêtres et s’animent alors dans ce nouveau territoire au paysage familier. Ils viennent briser l’assourdissant silence de ton départ, de ton absence.
Et célébrer nos retrouvailles aux quatre vents de Port-Tonic.
Synchronicité.
Marie Donnève, 2019

Série de photographies peintes et grattées, aquarelle, encre 10/15 cm