Au croisement de la réalité et du fantasme, brouiller les pistes.

Dans l’impermanence des êtres et de la lumière, résident cette étrangeté de l’ « entre-deux », les traces laissées par le temps et l’absence, dont l’impact modifie constamment l’image et la représentation que l’on a du monde.

Entre auto-fiction et fabulation, questionner les origines, mémoire d’objets, de lieux, du corps.

Ce corps dont l’animalité originelle dialogue souvent avec l’étrange ou le monstrueux, analogie de l’évolution, d’une métamorphose.

Présence indicible d’un autre, d’un ailleurs.